30 janvier 2007

SK#111

Image Hosted by ImageShack.us

Bon là je suis énervée. Au-dedans du plus profond de l’intérieur de mon moi-même. Et c’est pas faute d’être patiente et compréhensible.

Et puis Sego accusée d’incompétence par la Droite. Cette dernière (l'UMP) n’hésitant pas à utiliser les forces de l’état pour son compte, appuyée par le canular de cet abruti de Gérald Dahan (pro-sarkosien, il faut le préciser). Beau duo de nains à la frisouille revêche. Faire passer les propos de la dame sur la souveraineté québécoise pour faute grave est d’une inélégance rare lorsqu’on sait que De Gaulle, lui-même, prônait « Vive le Quebec libre ! ».
Si le Quebec n’est pas encore libre c’est qu’il n’est tout simplement pas prête financièrement à s’auto-suffir et ça n’est en rien une question de volonté, comme j'ai pu le sonder depuis tous ces mois.

D’aucun ne le dise, n’ose même le prononcer du bout des lèvres, et c’est pourtant limpide. Le plus gros problème de Ségo, mis à part son petit côté fake bcbg à l’accent de rombière, est d'être une Femme. Ils lui feront payer très cher son désir d’accès au pouvoir, quoi qu’on puisse penser de son programme électoral, de ses revirements d’idées et de son franc parler pas toujours bien placé.

Et la France sans tabac, elle se vit mieux je trouve. Effectivement, c’est facile pour moi, cela fait sept mois que je n’ai plus le droit de fumer dans un lieu public. Quelle merveille de sortir jusque très tard sans revenir chez soi, le cheveux odeur : cendrier. Bien fait bande de râleurs.

Suivez bon sang, je suis remontée là. Il me faudrait un câlin pour aller mieux.

Pour la peine, j’ai retravaillé le design de Peanuts Box, mais comme je suis une perfectionniste, je ne posterai que lorsque je serais satisfaite.

Photo :
Copyright D. Juncutt
« Câlin – Igloofest 2007-mtl »

27 janvier 2007

SK#110

Image Hosted by ImageShack.us

Dehors. Quinze minutes à peine suffisent à me frigorifier. Ce n’est pas comme si j’avais passé la nuit coincée sur une autoroute française à cause de dix centimètres de neige, c’est pire. Ici, l’électricité passe toujours, le froid a toujours été et sera toujours, quoi qu’en disent les conclusions sur les problèmes climatiques. Et c’est dire si je contribue au réchauffement de la planète. Je mange de la viande, je ne fais pas toujours très bien le recyclage et je jette même mes tampons dans les toilettes. Je ne nuis pas à mon environnement par simple négligence, mais dans le seul but de voir pousser des palmiers au coins de ma rue d’ici dix à quinze ans. J’ai conscience qu’il me suffirait de vivre près d’une plage, où le soleil tape continuellement, mais il faut avouer qu’on s’y fait drôlement bien chier.
Dans la chambre, deux fenêtres équivalent à un double vitrage, dont l’une ne s’ouvre tout simplement pas à cause des petits cristaux de givre. À peu près moins vingt degrés et bien au-delà si l’on se réfère au facteur humidex ce qui ramène à un ressenti d’environ moins trente-cinq. A vos souhais.

J’ai pour jeune souvenir, mon arrivée dans la ville, havaianas aux pieds, maillot trempé et valise chargée. A l’heure actuelle, je cherche déjà à savoir ce que je ne devrais pas rapporter à Paris en projetant ma galère du retour lors d’une éventuelle canicule. Au super fauteuil de bureau dans lequel il va falloir que j’investisse au vu de mes nombreuses futures heures devant l'écran au nom du w3c.

Autopromo : Parution de mon premier article sur les designers toys dans le dernier Barbieturix ++ nouvelle song de La Petite Chienne.
Et puis sur le forum d'Artoyz, pour les amateurs de custom' Qee, on peut voir des trucs comme CA. Après pour le reste, faut s'inscrire biensûr.

Photo :
Copyright D. Juncutt
« Gaspesie Aout 2006 »

22 janvier 2007

SK#109

Image Hosted by ImageShack.us

Mauvais plan, sortir sans vieux jogging sous le Jean’s pour protéger les cuisses. Bon plan, danser en moon boots et gros bonnet à l’igloofest.

Quatre heures dehors sous moins vingt cinq degrés. Au début, je dansais pour me réchauffer. Je pouvais vraiment me permettre de faire la débile, camouflée sous trente centimètres d’épaisseurs, capuche baissée, un verre de vin chaud à dix dollars dans la main. Et puis, j’ai continué pour la musique. Le feu de bois a empesté tous mes vêtements mais je m’en fichais, les igloos étaient si beaux et tellement inattendus.
Une exquise fête sur la banquise.

Conseil movies : bubble + the departed
Conseil series : dirt + dexter + weeds repeat (Reprise des dif US pour Heroes s.1 le 22/01 + Lost s.3 le 07/02)
Conseil designer toy: Shikito Brown par Superdeux pour strange co.
Info blogsound: La radio "electro minimal" devrait renaître d'ici quelques jours.
Note: Evidement, les mots en gras sont des liens. Faut cliquer.

Image Hosted by ImageShack.us

All pics:
Copyright D. Juncutt
"Igloofest 2007-montreal"

20 janvier 2007

SK#108

Image Hosted by ImageShack.us

++ Jun ++ Igloofest dit : (13:53:44)
putain, y'a la nuit blanche montreal
++ Jun ++ Igloofest dit : (13:53:49)
le 3 mars
CHOUUUUUUUUUUUUU dit : (13:54:02)
yeah!
++ Jun ++ Igloofest dit : (13:54:07)
ils disent : Une fois l an, au coeur de l hiver
++ Jun ++ Igloofest dit : (13:54:23)
ils se foutent de ma gueule, mars, au coeur de l'hiver ????
CHOUUUUUUUUUUUUU dit : (13:55:25)
si il parait que a caille grave en mars
++ Jun ++ Igloofest dit : (13:55:41)
je vais pas tenir
++ Jun ++ Igloofest dit : (13:57:41)
bon ça te branche toujours le quartier chinois
CHOUUUUUUUUUUUUU dit : (13:58:15)
grave
CHOUUUUUUUUUUUUU dit : (13:58:22)
jsuis en train de ma préparer
++ Jun ++ Igloofest dit : (13:59:41)
t'es à coté du quartier ?
CHOUUUUUUUUUUUUU dit : (14:00:08)
jsuis 5min de l'entrée du quartier
CHOUUUUUUUUUUUUU dit : (14:00:18)
bd rené levesque
++ Jun ++ Igloofest dit : (14:00:34)
là où il a l'espece de dome
++ Jun ++ Igloofest dit : (14:00:47)
ah mais attend
++ Jun ++ Igloofest dit : (14:00:48)
y'en a deux
++ Jun ++ Igloofest dit : (14:00:55)
un en bas, et un en haut
CHOUUUUUUUUUUUUU dit : (14:01:09)
ben celui en haut
CHOUUUUUUUUUUUUU dit : (14:01:16)
rue rené leveque
CHOUUUUUUUUUUUUU dit : (14:01:34)
c juste à coté de chez moi
++ Jun ++ Igloofest dit : (14:01:40)
t'es sure que c'est celui d'en haut
CHOUUUUUUUUUUUUU dit : (14:01:47)
oui
++ Jun ++ Igloofest dit : (14:01:53)
à coté de la SAT ?
CHOUUUUUUUUUUUUU dit : (14:02:04)
euh...??
++ Jun ++ Igloofest dit : (14:02:07)
lol
++ Jun ++ Igloofest dit : (14:02:12)
putain on est naze
CHOUUUUUUUUUUUUU dit : (14:02:45)
l'entrée est bd ren leveque j'en suis sure!
++ Jun ++ Igloofest dit : (14:02:45)
on peut meme pas dire on se retrouve devant un magasin, a donnerait : retrouvons nous devant tshong sthi swan
CHOUUUUUUUUUUUUU dit : (14:03:07)
lol
CHOUUUUUUUUUUUUU dit : (14:03:19)
ben rdv sous la grande arche chinoise
++ Jun ++ Igloofest dit : (14:03:21)
bon ma colloc prend sa douche l
++ Jun ++ Igloofest dit : (14:03:25)
apr s c'est moi
++ Jun ++ Igloofest dit : (14:03:37)
on dit rdv 14H45
++ Jun ++ Igloofest dit : (14:03:39)
ça te va ?
++ Jun ++ Igloofest dit : (14:03:45)
parce que nous, faut qu'on descende
CHOUUUUUUUUUUUUU dit : (14:04:09)
ouai pas de pb! m me 15h si vous voulez
++ Jun ++ Igloofest dit : (13:48:34)
t'as prévu ta culotte en laine ?
CHOUUUUUUUUUUUUU dit : (13:49:22)
lol jmets pas de culotte

Photo:
Copyright D. Juncutt
"La luge rouge"

19 janvier 2007

SK#107

Image Hosted by ImageShack.us

Non c’est dingue. Incroyable la blogosphère française. Il faudrait créer un blog people à la "Voici" juste pour y narrer tous les ragots. Ceux qui sortent ensemble, qui se trompent avec un autre bloggeur et puis qui restent linkés mutuellement pour l’échange de visibilité. Ceux qu’on finit par rencontrer, qu’on trouve vachement sympas et dont l’amitié tourne en eau de boudin parce que ci ou ça. Celle qu'on rencontre et dont on tombe amoureuse. Ceux qui se démarquent du lot et qui nous touchent au plus profond. Ceux qu’on ne veut pas rencontrer parce qu’on sait qu’on n’aura strictement rien à se dire, qu’on n’est pas du tout du même acabit mais dont on apprécie l’écriture ou le travail. C’est sans compter les lecteurs. Les lecteurs qui envoient des mails salés parce que ta gueule ne leur revient pas où qu’ils jugent que ta nana n’est pas assez bien pour toi et/ou inversement. Les lecteurs qui t’idéalisent et qui veulent par tous les moyens, te baiser et finissent par te nuire. Ça sent le vécu ma pauvre Lucette.

La blogsphère offre tellement de possibilité à la cruauté et au vide, qu’il serait temps qu’on se penche sur son cas et qu’on finisse par admettre qu’elle n’est que l’amer reflet d’un tas de gens qui ne font absolument rien d’intéressant mais qui tiennent le lectorat en haleine.

Il est vrai que l’on pourrait très bien occuper notre temps à des choses beaucoup plus fondamentales, comme s’engager pour une cause humanitaire, voyager sur les îles du Galapagos pour constater leur mouvement annuel de plus six centimètres, militer pour le retour de Pluton dans le système solaire, décider les lesbiennes à aller plus souvent chez le gynécologue, organiser une manifestation pour que les Québécois aient le droit à cinq semaines de congés payés par an (à l’heure actuelle c’est deux semaines sans soldes), faire signer une pétition contre la vente du jeu Sonic sur n.DS afin de nous sauver de l’épilepsie, et j’en passe.

Computer en service, on clic, on va à la pêche à la mise à jour. Et c’est tout simplement à cause de ce fichu sentiment d'affection. L’être humain est ainsi fait, dès qu’il voit quelqu’un plus de deux fois au même endroit, il le reconnaît. Plus de quatre ou cinq fois, il s’attache. Lire un mauvais blog, rassure le lecteur sur la même misère qu'à l'auteur à combler sa vie. Lire un bon blog, c’est jalouser sa destiné. C’est ça voyager.

Et comme je suis déjà en voyage, permettez, demain soir c'est picole sur un bar en glace à l'Igloofest et karaoké avec des filles nues. Bien sûr si je sors, c'est uniquement pour nourrir ce blog.

Photo :
Copyright D. Juncutt
« Nancy »

16 janvier 2007

SK#106

Image Hosted by ImageShack.us

Mes lectures donnent à peu près ça: « Nous positionnons les sous-menus en fonction de leur conteneur, à savoir les éléments li de la liste de premier niveau. » Ou bien « Nous définissons un padding de 20 pixels afin de conserver la zone d’interaction, en plus d’une accroche visuelle pour guider le visiteur. »

Pour éviter de sombrer dans la dépression post dreamweaver, je saute dans la poudreuse. Celle là même qui s’est faufilée sur le rebord de la fenêtre de la chambre, et qui fait que les papas traînent leurs enfants dans leurs belles luges rouges. Grâce à la première tempête de neige de l'année, j'apprends que le "papa poule" n’est pas un mythe.

Ensuite, je monte me réchauffer. Je lorgne les Geek Tattoos. Et puis. Entre une dégustation de thé vert au sirop d’érable, et la congélation des vingt-deux litres de sauce tomate cuisinée par Colibri*, j’ouvre officiellement Peanuts Box. Webzine sur les tendances design dans l’art, la musique, les shops… Sur lequel j’invite tout lecteur amoureux des belles choses, à découvrir cette splendide interface minimaliste, merci moi,(à retravailler encore un peu) et la chouette illustration graphique de mon nouvel ami tutuf.

info design vol 2: Je pense avoir réparé les problèmes d'interface du blog pour les inconscients utilisateurs d'Internet Explorer. Ce dernier refuse de prendre en charge quelques standards du W3C.
..culé !


Photo :
Copyright D. Juncutt
« Clémentine »

*
cf : winona rider’s haircut

13 janvier 2007

SK#105

Image Hosted by ImageShack.us

Loft qui se rempli peu à peu. Le dj met du bon son, qu’on soit dix ou vingt, il y met la même énergie. On sort notre bouteille du sac, chacun son alcool, comme dans toutes les soirées ici. On a poussé le vice jusqu’à apporter nos propres verres, gobelets Molson Dry qui me rappellent le camping de Gaspésie. Les mêmes têtes. Un milieu dans le milieu. Microcosme étouffant et rassurant. Je danse un peu mais ne fait pas la maline à côté des danseuses de ballet qui font les robots. La file d’attente des toilettes a déjà débuté, le maître du lieu lit des pavés philosophiques sur son trône, collectionne les numéros de Vice, a de belles photos salement accrochées aux murs. Trois verres renversés en dix minutes, le torchon est déjà noir.
Antoine dit qu’il se lève à six heures, qu’il veut être raisonnable. Colibri, Clémentine et moi assises sur le sofa en cuir. On fait des trucs bizarres avec nos doigts, on tire la langue de travers, on fait bouger nos narines. C’est à celle qui arrivera le mieux à faire la grimace, alors qu’on sait bien que tout est une question de génétique.

La lumière du grand matin met en évidence la poussière de la chambre. Éclairage divin qui te rappelle de faire ton ménage.
« J’suis déchirée de la vie » qu’elle me dit, la tête dans le clavier.
« Faut qu’on fasse plus de sport »;
« Y’a deux cent cinquante calories dans un verre de tequila ».
« Ouais… » que je réponds, les yeux gonflés. « Je vais me chercher un yaourt, t’en veux un? ».
Et sans tricher, sur le champ Daho chante « Je vais encore sortir ce soir, je le regretterai peut-être. »

Info design:
Internet Explorer affiche mal mon blog. Safari et Firefox semblent bien déchiffrer les données html-css.
IE et Microsoft, c'est de la mArde. Alors pendant que je règle le problème, je vous invite, non, incite à téléchargez Firefox, point virgule, ou d'optez pour un Mac, point barre.


Photo :
Copyright D. Juncutt
« Antoine »

11 janvier 2007

SK#104

Image Hosted by ImageShack.us

Une heure du matin, devant le Laïka. Pause dj set. P. m’offre une cigarette, je remonte la fermeture du manteau jusqu’au menton. Un type qui le connaît s’arrête, commence à papoter, j’inspire, je sautille sur place, il fait vraiment très froid. Ce dernier dit « Tu comprends, ma blonde, elle va en soirée avec trois lesbiennes. Je m’en calisse de savoir où elle est. Tout ce que je sais, c’est qu’elle va se faire brouter le minou. » Échange de regard inquiet entre P. et moi.
« Moi aussi je vais aller chez les gays. Je sais très bien qu’ils vont tous avoir envie de m’enculer. Tu vois ? » Pas très bien non. J’expose ma théorie rassurante comme quoi tous les gays n’ont pas forcément envie de se taper de l’hétéro, et que le problème vient surtout du peu de confiance qui règne au sein de son couple. Mais c’est un peu comme rentrer le gros cube dans le petit cercle, ça coince.

J’ai officiellement cessé de jouer à Simple Life, bien trop long à charger, beaucoup de gamins et peu d’intérêt. Dans World of Warcraft, il faut choisir son royaume, et prédéfinir beaucoup de paramètres avant même de commencer à jouer, sous-entendu, choisi ton camp, l’Alliance ou la Horde, parce que tu ne pourras pas revenir en arrière. Joueur contre Environnement ou Joueur contre Joueur, mode Normal ou Combat, voire jeux de rôle pour apporter un sens à ton existence pixélisée. Sept millions de joueurs ne peuvent évidemment pas jouer sur la même plateforme, on nous conseille donc de dire à nos amis de prendre le même royaume sous peine de ne jamais nous croiser. Je downloade l’essai gratuit de dix jours, mais les trois Go ne supportent pas ma misérable connexion, j’abandonne l’idée. Non, je la repousse.

Officiellement six mois à Montréal. Record établi de longévité à plus de cent kilomètres de mon habitat. Demi-anniversaire qui se fête en écoutant Arthur Russell.


Photo :
Copyright D. Juncutt
« Tattoo de Genie »

10 janvier 2007

SK#103

Image Hosted by ImageShack.us

Mail de G. qui dit : « J'ai acheté une paire de baskets Géox, argent et noir,ça fait godillots de l'espace intersidéral, mi femme mi robot... » puis « Je ne suis pas sûre d'avoir eu une très bonne idée... » et enfin « Bon, je pourrai toujours les mettre pour descendre la poubelle, quand il fera nuit. »

Deux milles sept, je le sens bien. J’ai comme des choses à faire (entre finir Montréal et recommencer Paris). L’hypothalamus fait du frizzi-pazzi parce qu’il va retourner à l’école, et cette fois ci, pas trop près du radiateur. Mes légendaires appréciations scolaires « Rêveuse » et « Cas désespéré» « Trop dans la lune » seront les bienvenues dans cette prestigieuse école où l’on apprend les belles choses. D’accord, ça me coûtera trois mille euros, mais je n’ai pas pu la mettre dans ma wishlist, sinon vous pensez bien…

D’ailleurs, j’ai commencé mes devoirs. Un bon moyen de faire s’entrecroiser tous ces fameux projets. Quelle exceptionnelle polyvalence.


Photo :
Copyright. D. Juncutt
« A la Discothèca »

06 janvier 2007

SK#102

Image Hosted by ImageShack.us

On ne se moque pas, je regarde France 24 sur le net puisqu’on court après les informations internationales ici, comme on court après une bonne radio sans « Fé ke » ou « Je capote, fait péter le nouveau Garou. ». Parce qu’il ne faut pas mentir, ils écoutent Garou et Céline Dion, bien que nul n’est prophète dans son pays.
Sur le petit écran 320-240, l’image ne se saccade pas pendant que je charge Dirt. C’est la grande classe, 700 mo de la nouvelle série people avec Courteney Cox, qui enterre le personnage de la maniaque petite conne de Monica.
Les informations défilent, comme si on me plantait un entonnoir dans le cortex pour me goinfrer de news sanglantes à la seconde. Et Saddam, et la Corse, et la bombe de l’ETA, et Ki-moon, et la soupe au porc, et Gazprom, quand soudain :Superman.
Soit, j’accepte l’information. Un homme de Harlem a sauvé un jeune type tombé sur les rails du métro. Image 3D à l’appui. Pas eu le temps de réfléchir à comment le sortir de là, qu’il l’a donc poussé au milieu de la voie, s’est allongé sur lui juste avant que le train ne passe au-dessus d’eux.
J’ai tout de même du mal à imaginer cette scène à Paris par exemple, où c’est chacun pour sa gueule, sans compter ceux qui lisent, qui écoutent leurs Ipod, qui mangent du maïs, qui scrutent votre sac à dos…Est-ce que je le ferais ? Je ne crois pas. C’est pourtant là, un acte héroïque à forte connotation cinématographique. Le genre de chose qu’on attend de n’importe quel superhéros, ou à la rigueur d’un labrador, mais sûrement pas d’un être humain, parisien de surcroît. Que serions-nous capable de faire pour sauver ou aider un individu lambda sans attendre en retour, sans même avoir le temps de songer à une récompense.

Le héros, comme il l’appelle, a reçu la plus haute récompense honorifique des mains du Maire de New York, il parade dans tous les shows avec son costume bon marché, et à, pour finir reçut un chèque de dix mille dollars et un voyage à Disneyland (allez savoir pourquoi) de la part de Ted Turner, encore moins concerné par l’affaire.

C’est un peu comme si tous ceux qui avaient un blog s’imposaient une maintenance, somme toute passable, dans le simple but de recevoir une sélection de leurs wishlists. En fait, ça n’a rien à voir. Je m’interroge simplement sur la prostitution bloguesque. Si j’avais comme dans l’idée d’en ouvrir une, cela permettrait à tous ceux qui ne peuvent me laisser de commentaires (puis quoi encore), de m’acheter des cadeaux. Parfaitement équitable. Je remercie au passage, cette anonyme personne qui m’a envoyé la vidéo de la Javanaise version Gainsbourg, ce n’était pas grand chose, mais j’ai beaucoup apprécié.

Et dans la rubrique « sinon, je fais de la pub à la petite famille », Fsens, alias Monsieur Kangoo va très très prochainement ouvrir sa boutique de peluches artisanales, dans laquelle on pourra retrouver des créations de beaucoup de gens talentueux. Ça s’appelle Feed My Plush. J’ai bien essayé de le soudoyer pour qu’il ouvre une catégorie designers toys, mais rien n’y fait. Faudrait-il pour cela que j’opère de mon côté ? J’ai dit ça, mais j’ai rien dit.

Edit post: Le mal est fait. Cliquez sur ma wishlist. Faites moi du bien.

Photo :
Copyright D. Juncutt
« Saut de l’Ange »

05 janvier 2007

SK#101

Image Hosted by ImageShack.us

Est ce qu’on fera mieux dans sa prochaine vie ? Pas sûr. Peut-être parce qu’on n’aura tout simplement pas conscience que c’en est une nouvelle.

En tous les cas, certains ne se posent pas la question et essayent à tout prix de fuir l’actuelle pour s’immerger dans une autre.
Dans Second Life, ils disent Your world, your imagination. Alors j’y suis allée parce qu'un nouveau départ pour pas un rond, ça en vaut la peine, mais surtout qu’on peut y faire du 36 de taille, avoir la carrure stalloniène période Rocky I ou bien encore le poil hirsute et la tête d’un transformer.
L’interface met du temps à s’installer, tout le monde semble se connaître, des terrains sont parfois inaccessibles. Je me suis téléportée en Ile de France où je me suis fait accoster par deux types, l’air louche qui m’ont chaudement recommandé de changer de look, déjà, ça jette un froid. Ensuite, le builder me dit que pour avoir de l’argent, je peux trouver des arbres sur lesquels des billets poussent, laver les vitres ou vendre des cybers t-shirts à 1000 L$ pour lui afin d’en récolter 10 %.

Alors je me suis envolée. Oui, ça fait toujours bizarre à lire. Parce qu’on peut voler. L’atterrissage est une autre affaire, j’en ressens déjà les cybers bleus sur mes genoux. Pas facile de se débarrasser de l'afluence gravitionelle.
Je suis entrée dans une discothèque, un cyborg m’a invitée à danser quand je me suis soudainement propulsée dans l’espace sans en comprendre la raison. Il n’y avait que moi et la Lune. J’ai essayé de redescendre, j’ai appelé à l’aide, impossible de m’échapper.
Il faut donc comprendre que la seconde vie n’est pas si différente de la première. On tombe sur des gens pas nets, et puis on se retrouve dans des situations fatigantes qu’on n’avait même pas vues venir.
Mais je dois avouer que passer quelques minutes seule, dans ce froid galactique en compagnie d’un satellite naturel, fût assez magique.
Et puis j’ai planté.

Un peu plus tard, j'ai appris que le FN (fucking Nazi) était le premier parti politique Français à avoir ouvert un bureau virtuel dans Second Life. Cyber propagande, réelles inquiétudes.

Je vais peut-être retourner jouer à Yoshi.


Photo :
Copyright D. Juncutt
« Snapshot avec la Lune »

02 janvier 2007

SK#100

Image Hosted by ImageShack.us

Le trente et un décembre est une fête mondiale qu'on peut passer outre, pourtant elle impose toujours son bilan avec la question qui revient toujours à cette date précise. Où étions-nous l’année dernière ?
De là en découle tout le chemin parcouru, avec ses sacrées descentes et ses fulgurantes montées. Je lève mon verre, le décompte arrive sans que j’y prenne garde, ça hurle dans la boîte, j’embrasse Colibri, puis Claire, puis Yannik, il est déjà deux mille sept.

Je suis euphorique, je parle à tout le monde. Ça me ramène à loin. Les pitounes sont chaleureuses, menaçantes ou curieuses quand j’entends, l’index pointé vers la fille aux ballons : « Je ne laisserai pas passer ton manque de respect ! »

Alors on a consolé en voyant se lever le jour sur le pont de Montréal, le verre encore plein et le discours branlant.

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Photos :
« Jour de l’An 06 au Sky »
Copyright D. Juncutt