12 mars 2009

SK# 254



Je parle rarement du futur et je m'y projette encore moins. Peut être parce que trop souvent, en évoquant les joyeuses possibilités qui s’offraient à mon avenir proche, elles n’arrivaient finalement pas et qu’il fallait me justifier en marmonnant des « Nan mais en fait ça se fait pas… ».

Du coup, j’ai bien appris à ne plus me réjouir futilement. Je n’appelle pas ça du pessimisme, mais juste de la méfiance.
Ce qui est certain à presque quatre vingt dix neuf pourcent (notez l’unique pourcentage de retenu), c’est que je trainerai mes grailles du côté de Bastille pour une énième soirée de gouine (WGO) durant laquelle, YSBM sera diffusé. Certaine aussi, qu’il faudra que je me confonde en excuse lorsque Vaï et Rag se rendront compte que les images inédites ne le seront que pour celles qui ne les ont jamais vu, puisque le logiciel de montage m’a interdit de transférer la moindre données vers I DVD, me laissant comme unique choix : graver d’anciens numéros.

Ce qui est certain aussi c’est qu’on se lamentera, avec Am, sur notre potentiel affectif en préférant laisser notre cerveau n’utiliser que le minimum de sa capacité pour, par exemple, mimer des MDR géants avec nos bras ; secouer nos touffes imaginaires sur ACDC ; rêver à passer une semaine de vacances sous mdma ; rouler des pommes géantes ; boire des Bubbles cul-sec ; se moquer de nos rires ; cracher sur les amoureux ; dénigrer nos ex ; boire de la vodka chaude cachée dans les gourdes / cachées de nos poches ; nous imaginer dans trente ans à la mamydoll…

Ce qui est certain pour finir, c’est que je vais arrêter d’être gentille avec les gothiques, les névrosées, les torturées, les suicidaires, les hyper sensibles, les ultra sensibles, les méga sensibles, les indécises, les curieuses et les bisounours qui me draguent sous prétexte que ma « mélancolie naturelle est quand même vachement attirante et intrigante ».

Hum.

Le paradoxe poussé à l’extrême, il m’arrive cependant bien plus souvent de me poiler que de pleurer lorsque l’on me répète : « Jun, t’as vraiment un cœur de pierre ».


Photo :
Copyright Angela Boatwright
Shooting vice Fashion